La préservation du patrimoine

Un territoire, ça se respecte.

La curiosité intellectuelle est l’une des deux jambes du paysagiste, l’autre étant sa connaissance du végétal. Il ne parait pas concevable d’appréhender un sujet, une commande, sans commencer par s’imprégner du terrain qui la concerne. Et ce à tous les niveaux.

Où sommes-nous et pourquoi ce terrain?

D’où vient-il, quelle est et a été son histoire, qui l’a arpenté depuis des siècles, à quoi a t’il servi?

Autant de questions qui font le processus mental qui préside à tout abord de nouveau sujet.

Il ne s’agit pas de faire du « regarder en arrière » par pure nostalgie ou désir de restaurer un passé perdu voire mythique. Non, il s’agit de s’imprégner de la substance même du lieu, avec respect, en prenant le temps qu’il faut et en se référant aux bons ouvrages. Avec respect car débarquer sur un terrain pour y appliquer un canevas tout fait relève du mensonge et trop d’exemples ont montré les limites de ces façons de faire.