Historique

Il n‛y a pas si longtemps, la ligne de front passait en plein cœur de Beyrouth. Rasé à plus de 70 %, le centre-ville n‛est plus qu‛un amas de gravats. Aujourd’hui, les kalachnikovs se sont tues et les marteaux piqueurs s‛apprêtent à prendre la relève. Pour recréer la luxuriance des antiques jardins de Berytus, perle de l‛empire romain, les autorités du pays ont fait appel à Thierry Huau, un paysagiste français. Celui-ci sera chargé de retrouver les essences disparues qui flottaient autrefois dans la casbah ottomane et de restituer les allées ombragées décrites par Lamartine. La palette florale de Thierry Huau prend alors les couleurs du souvenir : roses odorantes, hibiscus et frangipaniers…

Il conçoit son rôle comme celui d‛un chef d‛orchestre. En tant que responsable de l‛urbanisme paysager, il est consulté par l‛ensemble des architectes qui participent à ce projet titanesque. Il décide de l‛emplacement des futures places et placettes, des jardins et même du moindre arbuste. En attendant que se dessinent clairement les lignes du futur centre-ville, les habitants peuvent déjà renouer avec la fraîcheur des balades du passé. Il leur suffit de visiter la pépinière où sont entreposés tous les arbres qui feront à nouveau battre le cœur de Beyrouth. Après quatre années dans l‛hémisphère sud, le paysagiste en herbe est conscient qu‛il doit conforter sa formation et étudier l‛urbanisme.

Il s‛inscrit donc à l‛université de Saint-Denis. Diplôme en poche, il crée en 1985 son propre bureau d‛études, la société INTERSCENE. Son cadre d‛intervention est désormais très vaste : le développement urbain à grande échelle, bien sûr, mais également le développement rural et la sauvegarde de notre patrimoine historique. Du monastère de Kykkos, à Chypre, au domaine de Pontchartrain–  la plus grande perspective imaginée par Le Nôtre – son savoir-faire s‛atèle à faire revivre des paysages qui expirent : oliveraies centenaires, espaces giboyeux, parcs et jardins.

Siège social Giverny

Atelier Paris

Atelier Marocain